En bref

  • Date: Dimanche 14 avril 2019
  • Lieu: Padangbai
  • Hébergement: Hôtel
  • Météo: Soleil 25°-30°
  • Activités: Marché, Cuisine
  • Parcours:  8’000 pas / 50 km
  • Satisfaction: 9/10

En détail

Ce dimanche matin, pas de grasse matinée! Nous avons rendez-vous au marché de Galiran, le deuxième plus grand marché de Bali. Situé à une vingtaine de kilomètre de Padangbai, nous sommes amené sur place par Gero, notre chef et guide pour la journée. Avec un immense bâtiment découpés en plusieurs blocs, on découvre dans chacun d’eux différentes spécialités alimentaires, artisanales ou encore religieuses. Attraction quotidienne purement locale, nous ne croisons aucun touriste dans cet espace pourtant riche en couleurs et en odeurs. On y trouve toutes les variétés locales de riz noirs et rouges, de poissons séchés ou frais, de tabac, de gâteaux, de fleurs, d’encens, … Pour clore cette belle visite, on termine en apnée devant l’entrée du batîment hébergeant les animaux vivants, nous n’irons pas plus loin cette fois-ci.
On reprend ensuite la route pour rejoindre la campagne aux alentours de Sidemen. Notre guide nous amène à présent sur sa propriété installée dans un lieu verdoyant appelé la Green Kitchen. Cette ferme bio, composée de nombreuses plantations de vanille, le cacaoyer, de piments, de gingembre, lemon grass, de curcuma ou encore de coriandre, accueille tous les jours de nombreux curieux venant participer à la cooking class de Gero. Nous commençons donc une nouvelle leçon de cuisine en commençant par la cueillette des ingrédients nécessaires directement dans le jardin. Le chef nous présente ensuite le menu à réaliser assistés pour la cuisson de 3 cuisinières expérimentées.
Six plats sont à la carte, dont le sayur base kalas (Tempe et curry de légumes au lait de coco), le gado gado (légumes à la sauce cacahuète), le jukut urab bumbu (légumes à la sauce coco et épices), le pepes kelapa (haricots et noix de coco) , le sambal tomato (la sauce tomate pimentée) et le bubur injin (le pudding au riz noir). Emincer, râper, piler, pas de mixeur ou de cuiseur, tout se prépare à la main et au feu de bois pour la cuisson. Heureusement, nous ne sommes pas seuls à passer à table, un groupe de cinq malaisiens participe également à ce grand atelier gastronomique.
Après deux heures passées à la préparation des différentes recettes, nous dégustons sûrement le meilleur des repas pris au cours de nos aventures balinaises. Entièrement bio et vegan, le cours se termine avec une infusion de rosela, à base de pétales de fleur d’hibiscus, pour ses propriétés digestives.
On revient en fin d’apès-midi à Padangbai pour prendre nos réservations de fastboat pour le lendemain et passer une soirée de repos.

En image

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :